Un site du Le STIF avec Société du Grand Paris Région Ile de France Département Seine-Saint-Denis Conseil général du Val de Marne
Stif - Métro ligne 15 Est

Foire aux questions

Les caractéristiques du projet

En quoi consiste le projet métro Ligne 15 Est ? Quelles sont ses grandes caractéristiques ?

Le métro Ligne 15 Est est un projet de métro automatique souterrain desservant en rocade le nord et l’est de la proche et moyenne couronne francilienne. Il est destiné à relier Saint-Denis Pleyel à Champigny. Il dessert 12 communes de Seine-Saint-Denis et du Val de- Marne. Le métro ligne 15 Est étant l’un des tronçons de la ligne 15 du Grand Paris Express, il permettra aux voyageurs de se déplacer autour de Paris sans traverser la capitale.

Quels sont les objectifs du projet ?

Gagner du temps en évitant Paris
Le Métro ligne 15 Est offrira des possibilités de transport direct de banlieue à banlieue permettant de se déplacer dans les territoires de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne sans passer par Paris avec des conditions de transport modernes, confortables et fiables.

Améliorer le réseau de transport existant
Le Métro ligne 15 Est permettra de décharger en partie les lignes de transport en direction de Paris (notamment les RER A et E) et donc d’améliorer les conditions de transport.

Favoriser l’utilisation des transports en commun
Le Métro ligne 15 Est renforcera le maillage des transports collectifs et la desserte fine des territoires, en créant des connexions efficaces avec les autres modes de transport existant et en projet (4 lignes de RER, 5 lignes de métro et 2 lignes de tramway, le Tzen3 et la tangentielle nord).

Constituer un levier de développement
Le Métro ligne 15 Est valorisera les territoires qu’il traverse. Il constituera un levier pour l’attractivité et le développement économique du territoire. Il contribuera à encourager l’emploi, en facilitant l’accès aux pôles économiques importants, tels que la Plaine Saint-Denis ou Val de Fontenay.

Qu’est-ce que le Nouveau Grand Paris ?

Ambitieux projet de modernisation et de développement des transports d’Île-de-France engagé par le Premier Ministre le 6 mars 2013, le Nouveau Grand Paris améliorera les déplacements de tous les Franciliens et renforcera l’attractivité des zones en fort développement. Il articule de manière cohérente les besoins de modernisation et d’extension du réseau existant ainsi que la création de nouvelles lignes de métro automatique. Ces réalisations sont portées par un engagement historique de l’État, de la Région Île-de-France et des Départements. La maîtrise d’ouvrage sera assurée par la RATP, RFF, la SNCF, la Société du Grand Paris, les collectivités locales et le STIF.

Quels ont été les critères de choix pour le positionnement des stations ?

L’implantation retenue pour les stations est le résultat d’un processus d’études techniques et urbaines conduites par le STIF en liaison avec les collectivités concernées (villes, communautés d’agglomération, Départements) engagé depuis fin 2011 lors de l’élaboration du DOCP (dossier d’objectifs et de caractéristiques principales).
Les variantes retenues suite à la concertation de 2013 ont été étudiées notamment en termes de conditions de correspondance avec les autres lignes de transports en commun structurants (métro, RER, tramway), et d’impacts des travaux.

Où sera situé le site de maintenance et de remisage ?

Deux sites potentiels de maintenance et de remisage ont été étudiés dans le cadre des études préalables et présentés à la concertation : l’un est situé à Rosny-sous-Bois (ZA de la Garenne), l’autre à Fontenay-sous-Bois (site Péripole Nord). Le choix définitif devra être opéré d’ici à l’enquête publique en 2015.

Quel sera le gabarit du matériel roulant ?

Le métro Ligne 15 Est est un projet de métro automatique souterrain. Les trains seront d’une longueur de 108 à 110 mètres et pourront transporter jusqu’à 900 voyageurs par train.


Les services offerts aux voyageurs

Quels seront les gains de temps permis par la Ligne 15 Est ?

La Ligne 15 Est permettra des gains de temps important, par exemple :
De Champigny-Centre à Bobigny-Pablo Picasso : 13 min contre 35 aujourd’hui
De Saint-Denis Pleyel à Bobigny-Pablo Picasso : 9 min contre 25 aujourd’hui
De Mairie d’Aubervilliers à La Défense : 15 min contre 44 aujourd’hui
De Val de Fontenay à Créteil-L’échat : 10 min contre 37 aujourd’hui

Quelle sera la fréquence de la Ligne 15 Est ?

Aux heures de pointe, les trains passeront toutes les 2 minutes entre Saint-Denis-Pleyel et Champigny-Centre. La régularité du passage des trains sera garantie notamment par l’automatisme de conduite, la performance du matériel roulant et la possibilité d’ajouter de nouvelles rames en fonction des besoins. En cas de perturbation, aiguillages et voies d’évitement permettront de maintenir une exploitation efficace.

Quelles mesures sont prévues pour assurer la sécurité des voyageurs ?

Différents types d’ouvrages participeront à la sécurité des voyageurs :
- des accès pompiers et des systèmes de ventilation/désenfumage seront implantés tous les 800 mètres de distance le long du parcours.
- des portes palières sur les quais des stations et la vidéosurveillance en station et à bord des trains permettront de détecter les dangers et de prévenir des risques pour les voyageurs.

L’accessibilité des Personnes à mobilité réduite (PMR) sera-t-elle assurée sur les futures stations de la Ligne 15 Est ?

Au moins un cheminement accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR) sera garanti sur l’ensemble des stations de la Ligne 15 Est, conformément à la loi du 12 Février 2005. Ce cheminement permettra aux PMR d’accéder de la rue jusqu’aux trains de la Ligne 15 Est.
Les différents types de handicap seront pris en compte, notamment pour ce qui concerne l’ensemble de l’information voyageurs à proximité ou dans la station, les dispositifs de ventes de titres et les bornes d’appel d’urgence.


Le calendrier

Quelles sont les étapes à venir ?

Dernier trimestre 2014 : adoption au Conseil du STIF du Schéma de principe et du dossier d’enquête publique

2ème semestre 2015 : enquête d’utilité publique

2018 : démarrage des premiers travaux sur le tronçon Saint-Denis > Rosny-Bois-Perrier

Horizon 2025 : mise en service du tronçon Saint-Denis Pleyel > Rosny-Bois-Perrier

Horizon 2030 : mise en service du tronçon Rosny-Bois-Perrier > Champigny Centre

Quelles sont les dates de mise en service ?

La mise en service du tronçon Est de la ligne 15 est prévue à l’horizon 2025 pour la partie entre Saint-Denis Pleyel et Rosny-Bois-Perrier, et 2030 pour la partie située entre Rosny-Bois-Perrier et Champigny Centre. Le bouclage à l’ouest aura lieu en 2027.


Le coût et financement

Quel est le coût du projet ?

Le projet de la Ligne 15 Est a été estimé au stade DOCP à 3,45 milliards d’euros (valeur février 2012 – études du DOCP [dossier d'objectifs et de caractéristiques principales  approuvé le 10 octobre 2012 par le conseil du STIF]). Les études en cours permettront de disposer d’une nouvelle estimation.

Qui finance le projet ?

Le financement des études jusqu’à l’enquête publique est assuré de moitié par la Société du Grand Paris et la Région Île-de-France.
Le projet Métro Ligne 15 Est sera financé au même titre que l’ensemble du Grand Paris Express, pour en savoir plus cliquez-ici.
Enfin, le STIF financera intégralement le matériel roulant et l’exploitation de la ligne. Il en déterminera les caractéristiques.


Les travaux

Comment vont se dérouler les travaux ?

La partie souterraine des travaux de la ligne 15 Est sera réalisée dans sa grande majorité grâce à la méthode du tunnelier, permettant de réaliser la construction des tunnels de façon rapide et sûre, tout en limitant les emprises nécessaires pour les travaux en surface.

Les travaux en surface (stations, site de maintenance et remisage, ouvrages annexes, etc.) feront l’objet d’une définition des méthodes de réalisation au cas par cas afin de limiter les nuisances pour les riverains.

Le phasage éventuel du chantier devra permettre de maintenir la circulation automobile et d’assurer le maintien de l’accès aux immeubles, aux commerces et aux emplois.
Des études sont menées afin d’identifier la nature des éventuelles nuisances liées aux travaux et d’évaluer leurs impacts sur l’environnement (physique, naturel, humain…), afin de prévoir des mesures pour éviter/réduire et le cas échéant compenser ces impacts.

Qu’est-il prévu concernant la gestion des déblais pendant les travaux ?

Afin de ne pas surcharger le réseau routier, de limiter les pollutions et les nuisances pour les riverains, l’utilisation de modes alternatifs à la route (voie ferrée et voie d’eau) sera privilégiée pour l’évacuation des terres et l’acheminement des matériaux depuis et vers les puits d’entrée de tunnelier. Un dispositif de communication sera mis en place pour informer les riverains et tous les publics concernés par les travaux.

Commission nationale du débat public

La Commission nationale du débat public est une autorité administrative indépendante créée en 1995, chargée de veiller au respect de la participation du public au processus d’élaboration des grands projets d’aménagement ou d’équipement qui présentent de forts enjeux socio-économiques ou ont des impacts significatifs sur l’environnement ou l’aménagement du territoire. Suivant le décret n°2002-1275 relatif à l’organisation du débat public et à la Commission nationale du Débat Public, la saisine de la CNDP est obligatoire pour tout projet d’infrastructure dont le montant est estimé à plus de 300 millions d’euros. Une fois saisie, la CNDP décide de l’opportunité d’organiser un débat public ou non sur le projet. Dans le dernier cas, elle peut recommander au maître d’ouvrage de mener une concertation, avec ou sans garant nommé par elle. Plus d’information sur www.debatpublic.fr.

Accéder au Glossaire

Doctrine ERC (éviter, réduire, compenser)

Dans la conception et la mise en œuvre de leurs projets, les maîtres d’ouvrage doivent définir les mesures adaptées pour éviter, réduire et -lorsque c’est nécessaire et possible -compenser leurs impacts négatifs significatifs sur l’environnement. Cette démarche doit conduire à prendre en compte l’environnement le plus en amont possible lors de la conception des projets d’autant plus que l’absence de faisabilité de la compensation peut, dans certains cas mettre, en cause le projet. En savoir plus...

Accéder au Glossaire

Enquête publique

Dernière phase de consultation du public, l’enquête publique vise à présenter le projet et ses impacts sur l’environnement ainsi que les mesures qui seront prises pour en limiter les effets, tout en permettant au public d’exprimer à nouveau son opinion sur le projet. L’enquête est ouverte par un arrêté pris par le préfet, qui désigne un commissaire-enquêteur ou une commission d’enquête publique composée de plusieurs membres. A l’issue de l’enquête, un rapport est établi par le commissaire enquêteur, sur la base duquel il /elle formule un avis favorable ou défavorable, l’avis favorable pouvant, le cas échéant, être assorti de réserves et/ou de recommandations. C’est sur la base de cet avis que sera adoptée la déclaration d’utilité publique par le préfet.

Accéder au Glossaire

Faisceau ferroviaire

Les faisceaux ferroviaires sont des terrains occupés par des voies ferrées parallèles et les installations ferroviaires attenantes, permettant le stationnement de rames de marchandises ou de voyageurs.

Accéder au Glossaire

Etude d’impact

L’étude d’impact se présente à la fois comme une procédure administrative et une démarche scientifique préalable destinée à analyser l’insertion du projet dans l’ensemble des composantes de l’environnement (eau, air, sol, plantes et animaux). C’est un document devant permettre d’apprécier et d’évaluer l’impact à court, moyen et long terme de certains projets sur l’environnement et ce en amont de la prise de décision. La réalisation de l’étude d’impact apparaît ainsi comme un outil mis à la disposition du maître d’ouvrage public ou privé pour concevoir un projet respectueux de l’environnement. C’est pourquoi l’étude doit commencer très en amont dudit projet, au stade de l’esquisse technique, et continuer pendant toute la phase d’élaboration.

Accéder au Glossaire

Bilan de la concertation

Le bilan de concertation Ligne Orange a été établi par le STIF. Il rend compte le plus fidèlement possible des échanges qui ont lieu entre le maître d’ouvrage et le public lors de la concertation. C’est sur cette base notamment qu’ont été prises les décisions du Conseil du STIF et des partenaires sur les orientations et les suites à donner au projet. Le garant de la concertation rédige également un rapport sur la concertation dans lequel il donne un avis sur le bilan tiré par le STIF. Ce rapport est mis en ligne sur les sites Internet de la Commission nationale du débat public et du STIF.

Accéder au Glossaire

Concertation

La concertation est un temps d’information et d’échanges avec le public en vue de présenter l’opportunité et les caractéristiques principales du projet. Encadrée par l’article L.300-2 du code de l’urbanisme ou par l’article R 121-2 du code de l’environnement selon le contexte du projet, elle a pour objectif de recueillir les remarques et avis de tous les acteurs du territoire sur les grands principes et les objectifs du projet. Cette étape est conclue par un bilan approuvé au Conseil du STIF, qui rend compte des échanges et des avis exprimés durant la phase de concertation avec le public. Des études complémentaires sont ensuite menées et un projet plus précis est présenté à la population lors de l’enquête publique.

Accéder au Glossaire

Garant

Personnalité indépendante nommée par la Commission nationale du débat public (CNDP), dont le rôle est d’apporter toutes les garanties de sincérité et de transparence dans l’information qui est mise à la disposition du public, tant dans les documents que lors des débats dans chaque commune. Le garant ne se prononce pas sur le fond du projet et n’est pas non plus l’organisateur de la concertation.

Accéder au Glossaire

Interopérabilité

Le terme d’interopérabilité correspond à la possibilité pour le matériel roulant d’une ligne de circuler sur une autre.

Accéder au Glossaire

Personnes à mobilité réduite

Il s’agit de l’ensemble des personnes ayant des difficultés, de manière provisoire ou permanente, à utiliser les transports publics, telles que, par exemple, personnes souffrant de handicaps sensoriels et intellectuels, personnes en fauteuil roulant, personnes handicapées des membres, personnes de petite taille, personnes âgées, femmes enceintes, personnes transportant des bagages lourds et personnes avec enfants (y compris enfants en poussette).

Accéder au Glossaire

Rocade

Une rocade est un flux de circulation ou un système de transport, qui contourne la partie centrale d’une agglomération.

Accéder au Glossaire

Schéma de principe

Le schéma de principe est un document technique qui définit précisément la consistance d’une opération d’aménagement, analyse ses effets tant pour la collectivité que pour l’entreprise exploitante, et doit justifier le choix du mode de transport collectif à retenir. A ce stade, les études techniques présentées dans le dossier de schéma de principe sont plus détaillées que celles figurant dans le DOCP. Les études de schéma de principe constituent la pièce essentielle du dossier d’enquête publique.

Accéder au Glossaire

Retour haut de page
Menu